LETTRE OUVERTE AUX CITOYENS GUINÉENS

Quelque chose d’important se passe en Guinée ! Les citoyens ont décidé qu’il faut un changement politique. Pour obtenir ce changement qu’ils souhaitent, ils sont sortis dans la rue pour manifester avec une détermination sans égal pour le respect de la Constitution. Les manifestations ont pris une allure plus engagée d’Octobre 2019 à ce jour, quand des centaines de milliers de citoyens portaient leurs t-shirts avec des messages de contestation, formant effectivement une nuée Rouge dans les rues de Conakry et d’autres villes. Ces manifestations continues étaient contre un éventuel changement constitutionnel qui pourrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Ces manifestations ont été maintenues au fil des mois, malgré les tentatives brutales de la gendarmerie et des autres forces de sécurité de les empêcher. Jusqu’à présent, plus de 30 civils non armés ont été tués. Intrépides, les manifestants ont continué à démontrer leur détermination à défendre l’ordre constitutionnel et à contrecarrer la détermination de leur président de 82 ans à diriger le pays à vie. Sous la pression de citoyens déterminés et les réserves émises par La Francophonie, l’UA et la CEDAO concernant l’intégrité du fichier électoral, le président Condé a dû reporter le référendum sur la Constitution et les élections législatives de février. Malgré la ferme recommandation de la CEDEAO en Mars de retirer 2.438.992 électeurs inscrits sans pièces justificatives, le gouvernement et la CENI ont décidé à la hâte de convoquer le corps électoral sans laisser suffisamment de temps aux acteurs politiques de confirmer la mise en oeuvre satisfaisante de la mesure. La tragédie d’Alpha Condé est qu’après avoir lutté pendant des décennies pour la démocratie, il a abandonné les principes démocratiques dès qu’il a pris le pouvoir. Il a été catégoriquement contre la création des conditions nécessaires à la tenue d’élections libres et régulières dans le pays et a rejeté les propositions de l’opposition pour l’établissement des règles du jeu équitables pour les élections. L’élément positif de l’histoire est que le peuple reste déterminé à maintenir l’esprit et la pratique de la démocratie en Guinée.

La démocratie naissante de la Guinée est actuellement en jeu et sur le point de sombrer dans la violence généralisée. En l’état de la Constitution, le président Condé n’est autorisé à exercer que deux mandats de cinq ans. La seule façon de changer cela serait de passer par une réforme constitutionnelle qui modifie la limitation des mandats présidentiels. En tant que citoyens africains, nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder le président Alpha Condé démantelquer le constitutionnalisme et le régime démocratique en Guinée.

Nous saluons le courage et la détermination des démocrates guinéens qui sacrifient leur vie pour maintenir l’ordre démocratique.

Nous appelons la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union africaine à se dresser vigoureusement contre les pratiques antidémocratiques du régime d’Alpha Condé et soutenir la lutte du peuple guinéen contre sa tentative de briguer un troisième mandat.

Nous appelons le président Condé lui-même à chercher une sortie digne de son complot auto-succession et à se retirer de la vie politique.

Fait à Abuja, le 18 Mars 2020                        

Signé par

Idayat Hassan – Centre pour la Démocratie et le Développement
Jibrin Ibrahim – Centre pour la Démocratie et le Développement
Fode Sanikayi Kouyate – Association des Blogueurs de Guinée
David Dosseh – Front Citoyen Togo Debout
BADIANE Abdoul Aziz – FOSCAO et de la FENALEP
Auwal Musa Rafsanjani — CISLAC
Djibril Aziz BADIANE Chevalier – l’ONDH du FOSCAO et de la FENALE
Sekou Koundouno – SOCIÉTÉ CIVILE GUINÉENNE-BALAI CITOYEN
Ibrahima Diallo – FNDC
Abbé Gustave SANVEE
Ganda Oumar Camara (Lyon -France)
Prof. Babacar Gueye
Alioune Tine –  Afrikajom Centre
Mignane Diouf
La Coalition Malienne pour la CPI/ CMCPI
Mme Doumbia Mama KOTIE